Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Le Centre - Master - Alumni

Alumni

Le centre
Alumni
Entretien d'un étudiant de l'université Paris 2
Le master 2 Droit public comparé s'est doté d'un réseau d'anciens étudiants. Vous trouverez ici une présentation des parcours d'anciens étudiants du master

Association du centre de droit public comparé

Parcours un an après le master : les étudiants de la promotion 2018-2019

  • Mathilde BAUMBERGER est collaboratrice parlementaire au Sénat (auprès de M. le sénateur André VALLINI) ;
  • Ismail BEN AMOR effectue un stage dans le cabinet d’avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation « SCP Céline Soltner Texidor Perier » en droit public avec Maître PERIER ;
  • Léa BOINNARD fait une thèse ;
  • Laure DE GALBERT effectue un stage à l’Observatoire international des prisons puis en effectuera un autre à la Cour d’appel de Paris, avant de préparer le concours d’accès à l’École nationale de la magistrature ;
  • Léa DUDUOGLU suit les diplômes universitaires de sciences criminelles et de sciences criminologique à l’Institut de criminologie de Paris et effectuera un stage à l’Observatoire international des prisons ;
  • Nakhlé HAMOUCHE suit le certificat d’études juridiques internationales (CEJI) de l’Institut des hautes études internationales (IHEI) et fait une thèse ;
  • Alya KHABTHANI prépare le concours d’accès à l’École nationale de la magistrature à l’Institut d'études judiciaires (IEJ) de l'université Paris 2 et effectuera un stage à la Cour d’appel de Paris ;
  • Sotirios PETAKOS est avocat aux tribunaux de première instance grecs, effectue actuellement son service militaire obligatoire en Grèce avant de préparer le concours d’accès à l’École nationale de la magistrature grecque ;
  • Une autre étudiante de la promotion 2018-2019 prépare l'examen d'État allemand (équivalent du barreau) et travaille en même temps en tant que doctorante à l'université de la Sarre et en tant qu'auxiliaire scientifique dans un cabinet d'avocats spécialisé en droit franco-allemand ;
  • William VON effectue un stage au Conseil d'État et fait une thèse.

Parcours d'autres anciens étudiants

Tarek DARWISH - Promotion 2014

« J'ai intégré le master de droit public comparé, après un master 1 en droit international privé obtenu à l'université Paris 2 Panthéon-Assas. Le master de droit public comparé m'a permis de résoudre des difficultés liées  à des problèmes juridiques. En cela, sa finalité recherche, m'a permis d'avancer dans ma pensée juridique en ayant un regard critique sur notre propre système juridique, quand cela s'est avéré nécessaire. La finalité recherche de ce master est d'autant plus importante pour moi qu'elle m'a permis d'approfondir le sujet des droits économiques à l'aune du droit constitutionnel. Pour cela, j'ai réalisé un mémoire sous la direction du professeur Elisabeth ZOLLER qui m'a permis, d'approfondir les problématiques constitutionnelles de nature économique puisque j'entame aujourd'hui une thèse en tant que doctorant contractuel sur une étude comparée du principe de neutralité économique en droit constitutionnel. Enfin la qualité des enseignements dispensés par des professeurs et maîtres de conférences reconnus, tous experts sur les sujets qu'ils enseignent, toujours proche et à l'écoute de nous, sont une des raisons qui m'ont rendu fier d'avoir intégré ce master. À mon sens, la formation en droit comparé est un atout considérable sur le marché du travail en droit public. »

Marcel GUILBERT BURGOA - Promotion 2014

« De la préparation à la recherche, académique et professionnelle, en passant par la grande richesse composite de ses enseignements, le master 2 Droit public comparé est apparu pour moi comme un point clé pour comprendre et intégrer pleinement le fonctionnement de nos systèmes juridiques contemporains. Les techniques méthodologiques et analytiques acquises pendant le master 2 m'ont plongé progressivement dans l'étude comparée du droit administratif, et plus particulièrement dans l'une de ses facettes les plus caractéristiques du phénomène contemporain du « New Public Management », le pouvoir normatif des autorités administratives indépendantes. Poussé par un intérêt portant sur les plus grands systèmes juridiques, mais aussi sur les évolutions systémiques subies par les nouveaux pays émergents, j'ai développé un mémoire portant sur le contrôle juridictionnel des actes normatifs adoptés par ces autorités administratives indépendantes au Brésil et aux États-Unis. Finalement, le master 2 Droit public comparé ne m'a pas seulement enrichi intellectuellement, il m'a aussi ouvert la voie vers un stage professionnalisant au sein de notre plus haute institution juridictionnelle administrative, le Conseil d'État. En effet, la fine compréhension des différences et des ressemblances des deux systèmes susvisés que j'ai étudiés, ainsi que leur comparaison avec le modèle administratif français, ont été autant d'éléments que j'ai pu mettre en valeur lors de la procédure de sélection des stagiaires d'aide à la décision juridique. Au terme de cette dernière et de mon année universitaire, j'ai intégré les services de la cellule de droit comparé et du centre de recherche et de diffusion juridiques (CRDJ) de cette haute institution, où j'ai pu participer à l'élaboration de diverses notes et analyses, mettant ainsi en œuvre les compétences techniques développées pendant ma formation. »

Audrey LEVOUX - Promotion 2012

« J'ai choisi de participer à ce master recherche à la suite d'une année Erasmus en Angleterre, où j'ai étudié le droit public britannique, européen et international à l'université de Nottingham. Pour moi, le master Droit public comparé se présentait comme la suite logique de mon parcours juridique puisqu'il me permettait de prolonger la comparaison entre les deux systèmes de droit, continental et common law, que j'avais eu la chance d'appréhender en autodidacte. Au cours de ce master, les enseignements m'ont permis de développer mon sens critique, en consolidant mes connaissances en droit public général et en les exploitant au moyen de la comparaison. À mon sens, il est indispensable de bien connaître ses fondamentaux afin de pouvoir les utiliser efficacement. Ce master m'a plu dans le sens où il laisse véritablement place au travail personnel ; ce sont les étudiants qui choisissent quels sujets approfondir au travers d'exposés, en fonction de leur intérêt. Au cours de ce master, j'ai véritablement appris à faire de la recherche, un travail que j'ai trouvé passionnant. J'ai choisi de réaliser mon mémoire sous la direction du professeur Élisabeth ZOLLER, au sujet de l'engagement des forces armées aux États-Unis. L'intitulé exact était le suivant : « La résolution du Congrès sur les pouvoirs de guerre (War Powers Resolution) de 1973 : bilan d'une expérience ». Ce sujet me tenait à cœur parce qu'au-delà de mon goût pour le droit public en général, et le droit comparé plus particulièrement, j'avais pour projet d'intégrer la fonction publique militaire ou diplomatique. Mon travail de recherche m'a donc permis de coupler mes deux centres d'intérêt : le droit public comparé et les relations internationales. À la suite de ce master, j'ai choisi d'en effectuer un deuxième, professionnel cette fois, spécialisé en sécurité et défense à l'université Pierre Mendès France Grenoble 2. Ces deux masters m'ont permis d'obtenir un stage à la Commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale. Actuellement, je prépare les concours de catégorie A pour les métiers de la sécurité et de la défense à l'IEJ de l'université Paris 2, en parallèle avec la réalisation d'expériences diverses dans ce domaine. Le fait d'avoir réalisé le master 2 Droit public comparé m'est véritablement utile dans le sens où il me permet de conserver le lien entre le droit public interne et le droit international. En effet, le droit comparé n'est pas du droit international, mais il est à mon sens un outil indispensable à la compréhension des relations internationales. »

Élise MOURIESSE - Promotion 2010

« Mon année en master 2 Droit public comparé m'a permis de comprendre définitivement que le droit comparé constitue une matière à part entière. Il repose sur une démarche qui lui est propre, il faut donc se garder de l'utiliser comme l'accessoire de travaux qui ne nécessiteraient pas un regard comparé. La composition de la formation de ce master - qui permet aux étudiants de comprendre tant les systèmes dits de droit continental que ceux dits de common law - et la connaissance parfaite des rouages de ces systèmes par les enseignants qui interviennent, sont sans aucun doute les éléments qui m'ont permis de comprendre cette mécanique d'ensemble. J'utilise cet acquis chaque jour depuis que je suis doctorante, et plus encore depuis que je donne des cours. »

Andi MUSTAFAJ - Promotion 2011

« J'ai intégré le master 2 Droit public comparé durant l'année 2010-2011. Je n'hésiterais pas une seconde à le recommander à tout étudiant en droit désirant réellement approfondir ses connaissances et avoir de fait une valeur ajoutée importante dans son cursus universitaire. Cette année a constitué une phase importante dans ma formation, car elle ne m'a pas seulement permis de connaître les différents systèmes juridiques mais elle m'a surtout appris à tenter de les comprendre et par conséquent de s'ouvrir aux autres. J'ai poursuivi ce mouvement dans ma vie professionnelle quand, après être rentré en Albanie je suis devenu fonctionnaire au ministère de la Justice, puis conseiller du ministre de la Justice, pour enfin revenir en France et réussir à intégrer l'ENA. Les enseignements étaient d'une grande qualité, tant par la diversité des sujets traités, que par leur apport concret dans ma vie professionnelle. Enfin, je ne peux qu'être fier des professeurs qui ont été proches de nous, à l'écoute et toujours prêts à nous aider dans notre cheminement personnel et professionnel. »

Mathieu PARANTHOËN - Promotion 2011

« Techniquement, ce master m'a permis de développer mes capacités de recherche, d'analyse et de synthèse. Sur le fond, il m'a permis de repenser le droit. Je m'aperçois aujourd'hui qu'avoir les clés en main pour comprendre une pensée juridique étrangère est un atout important. Depuis l'obtention de mon diplôme, j'ai travaillé pour les relations extérieures du Conseil constitutionnel. Mon année universitaire en droit public comparé y a été très utile. J'ai par la suite travaillé pour une étude du Conseil d'État, dans laquelle le droit public comparé a été utilisé. Aujourd'hui, je suis juriste au Conseil national des barreaux, où je pense avoir su directement procéder à des recherches efficaces. »

Pierre SANSON - Promotion 2013

« Le master 2 Droit public comparé m'a apporté la culture juridique, la méthode comparatiste et le recul sur le droit interne qui me manquaient jusqu'alors, et sans lesquels il m'aurait été impossible d'approfondir les grandes problématiques du droit public. Je garderai le souvenir de professeurs et intervenants attentifs et proches de leurs étudiants, soucieux de transmettre un savoir diversifié. J'ai retrouvé cette diversité dans la promotion (étudiants issus des universités françaises, mais aussi étrangères, des IEP, etc.), diversité qui a été source d'enrichissements mutuels, favorisés par les travaux à préparer en commun. Après cette année de master 2, je prépare aujourd'hui les concours administratifs les plus sélectifs muni d'atouts qui me permettent de me démarquer des autres candidats. »

Audrey YAOUANC - Promotion 2011

« J'ai intégré le master 2 Droit public comparé à la suite d'une année d'études Erasmus à Londres (City University London) dans le cadre d'un master 1 Droit international. Cette formation m'a attirée par l'originalité des enseignements qu'elle propose, enseignements que je n'ai retrouvés dans aucun autre master 2. Cette année m'a permis d'apprendre les fondements de la recherche, mais également d'appréhender le droit sous un angle nouveau. L'étude du droit comparé dans le temps et dans l'espace permet d'enrichir considérablement sa culture juridique, et apporte une plus-value indéniable aux étudiants. Ayant par la suite passé un an à préparer des concours administratifs, il m'était systématiquement possible d'étayer mes copies par des éléments comparatistes qui, j'en suis sûre, constituaient un atout considérable. C'est ainsi que j'ai été lauréate du concours d'inspecteur des finances publiques. Je suis aujourd'hui chargée de clientèle à la Caisse des dépôts. »

Norine ZAOUI - Promotion 2013

« J'ai intégré le master 2 recherche Droit public comparé pour l'année universitaire 2012-2013. Auparavant spécialisée dans le droit public interne - j'avais précédemment effectué un master 1 Droit public et un master 2 recherche Droit public approfondi - je souhaitais approfondir et élargir le champ de mes connaissances dans ce domaine. C'est pour cela que j'ai voulu intégrer le master 2 recherche Droit public comparé afin d'étudier et de comprendre d'autres systèmes juridiques. Au cours de mon année au sein du master 2 recherche Droit public comparé, j'ai pu me familiariser avec le système de la common law et de d'autres pays de droit continental (Allemagne, Espagne, Suisse, etc.). J'ai également eu l'occasion d'étudier d'autres États tels que l'Afrique du Sud ou le Maroc. Le master 2 recherche Droit public comparé, en me permettant de m'ouvrir à d'autres cultures juridiques, m'a apporté une plus grande ouverture d'esprit tout en développant mon esprit critique. Ce master m'a également permis de mieux comprendre les forces et les faiblesses du système français à l'aune d'autres traditions juridiques. À l'issue du master 2 recherche Droit public comparé, j'ai pu poursuivre mon projet professionnel initial : l'accomplissement d'une thèse de doctorat afin d'entreprendre une carrière universitaire. À cette fin, le mémoire de recherche accompli au cours du master a été déterminant. Il m'a, d'une part, ouvert la voie vers le sujet de thèse que j'ai finalement choisi et, d'autre part, permis de me familiariser avec les outils et la méthode de recherche (notamment les bases de données juridiques anglo-saxonnes). Le master 2 Droit public comparé a ainsi répondu à toutes mes attentes, aussi bien en matière d'acquisition de connaissances que de poursuite de mon projet professionnel. »